Politique Publique : Des risques et opportunités de la libre expression, Sommet Global Voices

Source : Google Public Policy Blog

Nous sommes très impliqués dans la protection de l’Internet comme une plateforme de libre expression, ainsi nous avons récemment aider à envoyer treize bloggeurs et activistes de part le monde à un forum durant lequel ils ont pu discuter de leur croyance en la liberté d’expression au quotidien.

Le sommet de la Global Voices Citizen Media à Budapest en Hongrie a donné l’opportunité à 200 des plus importants bloggeurs, journalistes et activistes des ONG de partager leurs expériences sur la promotion de la transparence et des réformes politiques, ainsi que de discuter de sujets cruciaux comme le filtrage sur Internet, la censure, le rôle des média sociaux et le web multilingue. J’ai été un des rares chanceux à pouvoir me joindre aux discussions et est été touché par beaucoup d’anecdotes et histoires racontées pendant le sommet.

Ces bloggeurs sont critiques quant à la promotion de la liberté d’expression et de la transparance sur Internet. Ils prennent parti dans des débats politiques et exposent des problèmes souvent ignorés par les sources d’informations plus traditionnelles de leurs pays. Parfois, ils prennent de gros risques. En Egypte, par exemple, Wael Abbas, l’un des bénéficiaires du programme d’aide au déplacement de Google, a été harcelé après avoir exposé la corruption de la police sur YouTube. Oiwan Lam, une autre bénéficiaire, pourrait risquer la prison pour avoir oser montrer un nu artisitique sur son blog.

Ces bloggeurs ont pu bénéficier du programme d’aide au déplacement de Google, et ils ont pu partager leurs opinions controversées :

Parfois, les bloggueurs trouvent des astuces pour contourner la censure et les filtrages Internet, mais ce n’est pas toujours évident. Une faible couverture Internet, une connexion médiocre, et des injonctions judiciaires contribuent à freiner les libertés en ligne, nous rappellent Daudi Were et Onnik Krikorian.

La question du devoir de publier des news ou bien de pratiquer l’autosencure a aussi été un des sujets abordés. Au Waipang de Singapour raconte :

« … 40 ans sous un gouvernement autoritaire qui contrôle tous les média… a conditionné la société à se taire et à éviter la participation citoyenne et les affaires politiques. L’auto-censure qui en résulte est plus insidieuse et pernicieuse que la censure ouverte des autres gouvernements moins subtils. »

Les nouveaux média présentent également un signe avant-coureur d’un changement social. Sameer Padania, membre du groupe vidéo Witness des droits de l’homme, dit :

« Les bloggeurs ont déjà gagné d’importantes victoires dans la sphère des droits de l’homme et ont été primordiaux dans les récentes situations humanitaires… les qualités de cette nouvelle sorte de mini-média… complète parfaitement les forces des sociétés démocratiques et des média existants pour faire avancer la cause des droits de l’homme. »

En tant que fondateur du groupe médiatique citoyen malagésien FOKO, l’Internet donne une visibilité mondiales aux communautés. Christina Quisbert, une bolivien indigenne, m’a confié :

« J’ai lancé un blog… pour écrire sur l’histoire et les différents aspects de la vie des peuples indigennes de Bolivie… sur les évènements qui se sont déroulés à El Alto, une cité d’origine Aymarienne… [créant ainsi] la possibilité de partager le savoir de nos ancêtres. »

Google est fier de soutenir Global Voices et leur réseau de citoyens activistes passionnés qui nous inspire tous, se battant pour la liberté sur Internet. C’est une des nombreuses activités que Google soutiennent dans ces objectifs, dont la recherche sur comment contourner les régimes prônant la censure.

Par Silvia Fukuoka, spécialiste de la politique européenne – Londres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>