Logos Google : 150ème anniversaire de LL Zamenhof – le créateur de l’espéranto

Par florentM - @florentM

Ingénieur étude et développement News Addict

You may also like...

40 Responses

  1. mplokinju dit :

    LL Zamenhof fêterai aujourd’hui <– fêterait

  2. Mikaël dit :

    En effet,

    LL Zamenhof fêterai aujourd’hui <– fêterait

    promouvoir une langue artificielle pourquoi pas…

    Mais négliger l'orthographe de la langue française est ironiquement triste…

    ps: il manque aussi une virgule après ces mots: " , de son nom original Samenhof "

  3. Masson dit :

    Vidu / Voyez : L’espéranto au présent (Esperanto nuntempe) : http://www.ipernity.com/blog/32119/211524

  4. thierry dit :

    certes l’esperanto est une cause noble car elle regroupe le monde entier comme la tour de babel a
    regroupé les hommes dans une construction commune
    anyway l’anglais joue tres bien ce role
    alors merci à Zamenhof pour avoir vehiculé l’idée qui demain fera de ce monde un monde uni
    une meme langue une comprehension commune
    et toutes les autres langues enrichiront la langue commune qui sera toujours de plus en plus riche belle
    et aimée…..

    • Samy dit :

      “anyway l’anglais joue tres bien ce role”

      Non, malheureusement l’anglais ne joue pas très bien ce rôle car il n’est pas neutre et a été imposé par la puissance économique et militaire que sont les Etats Unis. Cela renforce l’impérialisme de ce pays et avantage les natifs anglo-saxons qui n’ont pas besoin de faire l’effort d’aprrendre une langue internationale et qui ont bien entendu l’avantage dans les débats qui se déroulent en anglais (dans les conférences internationales par exemple).
      Je pense donc que le choix d’une langue neutre et facile à apprendre reste un problème d’actualité, et l’esperanto est un candidat sérieux. (par ailleurs je n’ai rien contre l’anglais qui est une belle langue que je maitrise plutôt bien)

      • Pedro dit :

        L’argument de chercher la neutralité afin de ne pas avantager une population est trop tard. On peu certes le regretter soit par la manière dont cette langue c’est imposée soit pour l’avantage que cela procure aux natifs anglophones. Mais la remise en question aujourd’hui me semble irréaliste, alors oui quelques 400 millions (USA et UK) de personnes sont avantagées mais que faire du reste du monde qui ont fait des efforts important pour se mettre à niveaux. Doit-on remettre en question les efforts mis en place par les pays en développement, à faible capital humain, pour s’intégrer? Les éleves de ces pays qui ont eu peu de temps de scolarisation ont appris l’anglais et pas l’esperanto …
        Je ne pense pas que la mise en place d’une langue universelle autre que l’Anglais soit une bonne chose du moins vis à vis de l’argument de l’équité. 

        • Samy dit :

          Pedro, tu changeras d’avis si de ton vivant tu vois le passage à une autre langue internationale (beaucoup pensent que cela va être le mandarin). Et à ce moment là, il faudra bien que la population mondiale refasse un effort, y compris les pays en développement. Les gens qui soutiennent l’anglais manquent souvent de perspective historique. Je rappelle que l’anglais ne s’est imposé qu’après la 2eme guerre mondiale. Avant c’était le français (grâce ou plutôt à cause de l’impérialisme de Napoléon), encore avant le latin (grâce ou à cause de l’impérialisme des Romains, même si à cette époque, il n’y avait pas la mondialisation et qu’on peut difficilement parler de langue internationale). Il n’y a absolument aucune raison que la prochaine puissance économique et militaire n’impose pas sa langue. On peut être adepte de la loi du plus fort, mais l’humanité peut aussi imaginer un système plus astucieux et plus équitable.

      • Chris dit :

        C’est bien mal connaitre l’Histoire que d’affirmer que ce sont les américains qui imposent leur langue !
        L’Amérique est un pays bien trop jeune pour imposer sa langue.
        C’est l’Angleterre et ses conquête de pays lointains qui a contribué a faire de l’Anglais une langue universelle. Tout comme la France dans les pays qu’elle a colonisé, mais sans pouvoir imposer sa langue au reste du monde !
        Quant à l’Esperanto, je ne le connais pas. Mais vu les difficulté qu’ont les jeunes a appendre les langues étrangères, et l’utilisation de plus en plus importante de l’Anglais, je pense qu’il est vain de vouloir “l’imposer” comme langue universelle.
        Et puis zut, la diversité des langages fait la richesse de nos peuples.

        • Samy dit :

          Chris tu ne m’as pas bien lu. Je ne veux pas “imposer” l’esperanto. Je souhaiterais qu’il y ait un vote démocratique, et je me moque que ce soit l’esperanto ou une autre langue artificielle. Il s’avère que pour l’instant le seul candidat sérieux est l’esperanto mais on pourrait imaginer que des chercheurs en linguistiques essayent d’en fabriquer d’autres encore plus efficaces et plus neutres. En ce moment c’est l’anglais qui est imposé de facto.

        • Palopo dit :

          C’est bien mal connaître l’espéranto.

          Les études ont démontré qu’à investissement équivalent, on apprend, de mémoire, 3 à 6 fois plus en espéranto qu’en anglais, français, espagnol.
          Elle a également un caractère pédagogique important de par ses facilités d’apprentissage et sa logique grammaticale simple, et pourrait être enseignée dès la maternelle aux enfants pour faciliter par la suite l’apprentissage d’autres langues, j’ai déjà vu quelques (rares) écoles qui proposent cela, mais ce sont malheureusement des exceptions.

          Cela ne coûterait pas grand chose de rendre l’enseignement de l’espéranto obligatoire dès la maternelle dans les pays européens, nous disposerions enfin d’une vraie lingua franca comme l’a été le latin il y a 2000 ans.
          Mais pour ça il faudrait que les gens s’intéressent et se ré-approprient la politique de leur pays et de leur continent, et ça, c’est pas gagné…

      • Viaĉeslav dit :

        Mais l’anglais est si dificile!..

    • Yves le contrariant dit :

      Oui préférer l’anglais relève d’un choix politique que je me refuse de faire..

      Car je me refuse à me voir imposer un modèle de civilisation… Car je préfère la diversité.. Car je veux que des deux côtés on fasse l’effort…

      Et si je préfère l’Esperanto c’est parce que ça fonctionne fort bien…

      Et ce discours vient aussi de personnes qui ont connu “pour de vrai” ce qu’est la communication internationale… Des professeurs d’anglais (Janton en son que-sais-je sur l’esperanto) ou Claude Piron, ancien traducteur ONU pour plusieurs langues dont le chinois.. Il a écrit sur le sujet des livres qu’on trouvera sans difficulté… Et les utilisateurs de l’esperanto en font une langue d’échange.

      Et j’ai honte, ou je ris franchement, de ceux là qui ont affiché sur les murs de Nantes – Sont ils cons ou inconscients ? – ces affiches : “You are not in France, you are in Brittany”…. On ne sait si on doit rire… Je me refuse à la France mais je fais partie du monde anglo-saxon…. Bravo !!!

      Avec l’anglais vous êtes compris partout…!! Oui, on aime ces mots d’un interprète à l’ONU qui déclare inventer purement et simplement le discours d’un tel étranger, dont l’anglais n’est pas la langue maternelle, qui parle dans un tel anglais incompréhensible qu’on ne peut rien faire d’autre….

      . Qu’on le veuille ou non, voilà qui fonctionne “pour de vrai” et qui me permet de communiquer avec l’étranger, d’égal à égal. Si c’est un anglais ou un américain nous aurons tous deux à faire une partie du chemin.

      • Laurent dit :

        Compris partout avec l’anglais ? Huumm, ces dernières années, j’ai passé plusieurs semaines en Chine, faut pas rêver ! Mes quelques mois d’étude du chinois (sans forcer mais sérieusement) me sont bien plus utiles que 7 ans d’anglais…

  5. beel dit :

    Il n’existe pas de position neutre : refuser de prendre position c’est déjà marquer sa position. Préférer l’espéranto à l’anglais relève d’un choix politique…

    • Samy dit :

      “Préférer l’espéranto à l’anglais relève d’un choix politique”

      Oui, cela releverait d’un choix politique, il faudrait que cela soit voté démocratiquement d’une manière ou d’une autre, par les nations unies par exemple. Alors que l’anglais n’a jamais été choisi, il a été imposé (comme avant lui le francais a été imposé quand la France était une grande puissance impériale, et comme après lui, le mandarin va peut-être être imposé).

      • tic et tac dit :

        Mon petit samy tu va regretter davoir clashé mon pote russe Zamenhoff ! Que le diable t’emporte toi et ta famille !

  6. isabelle dit :

    J’apprends ça à ma fille : quand on ne sait pas on se briffe et on en parle après. On s’aperçoit sur Internet que beaucoup de parents ont manqués à cette règle. Jacasser pour jacasser, juste pour se jauger intellectuellement. Je suis certaine qu’avant le logo de Google, certains comme moi n’y connaissaient que nini à l’esperanto.
    Alors ils ont lu 3 / 4 paragraphes sur le web, on se sait trop où, et le miracle est arrivé : une opinion solide sur le sujet.
    Vous êtes vraiement trop malins les malins.
    Alors comme en france mieux vaut faire pitié qu’envie, je vous le dis : j’aimerais être comme vous.

  7. Henri Masson dit :

    A Samy :

    Oui, mais pour que ce soit voté vraiment de façon démocratique, il faudrait d’abord une bonne information. Le problème est que, en France (pas seulement en France), l’espéranto est ignoré par plus de 50% de la population, ce qui ne veut pas dire que les 50 autres pour cent savent bien de quoi il en retourne tant sur la langue que sur le problème d’une langue NATIONALE dominante et même impérialiste, imposée dans le rôle de langue INTERNATIONALE, et ceci alors que, en face, une écrasante majorité est conditionnée à croire que l’anglais est, de fait, LA langue internationale et qu’il n’y a plus lieu d’en discuter.

    Donc, dans une telle situation, il est évident qu’un vote ressemblerait fort à ce que l’on peut voir dans les républiques bananières où il n’y a qu’un seul candidat à la présidence, ou éventuellement quelques autres, mais dans l’impossibilité de s’exprimer. Voir à ce sujet :

    On sait bien que, derrière l’anglais, il y a des intérêts particuliers colossaux qui ne sont pas ceux de la population mondiale : le pourcentage de natifs anglophones dans le monde est inférieur à 5% (statistiques CIA).

    Donc, voter, oui, mais en connaissance de cause. Et on est très loin d’être dans cette situation.

    • Samy dit :

      A Henri Masson:

      Tout à fait d’accord avec vous, l’idéal serait d’informer un maximum avant de voter. Mais il arrive parfois que l’annonce d’un vote fasse naître les débats et fasse ainsi avancer l’information et l’opinion publique (je pense au vote sur la constitution européenne par exemple). Mais on est bien loin de là. Ce problème ne constitue pas une priorité ni pour les politiques, ni pour les intellectuels. Bedaurinde!

  8. Henri Masson dit :

    A Yves,

    A propos des livres de Janton et Piron :

    On peut dire que leurs ouvrages ont été parmi les premiers à paraître en France. Depuis une dizaine d’années, le nombre de livres que l’on peut se procurer en librairies pour se documenter sur l’espéranto ou pour l’apprendre a augmenté de façon assez remarquable. J’en ai établi une liste qui apparaît sur http://www.ipernity.com/blog/32119/211718

    Il manque un petit manuel qui avait été publié aux éditions Marabout en 1972 : “Je parle espéranto”, collection Marabout-Flash. Il n’est plus en librairies, mais on peut le trouver sur Internet.

    Je voudrais remercier Florent d’avoir signalé ce petit événement chez Google dont l’interface est utilisable aussi en espéranto ;-)

    Google avait fait une réclame en anglais pour GMail dans laquelle il y avait, à la fin, une allusion sympathique à l’espéranto :
    “using gmail = learn Esperanto”
    Uzu GMail, lernu Esperanton
    Utilisez GMail, apprenez l’espéranto
    http://rayne-dance.blogspot.com/2009/09/using-gmail-learn-esperanto.html

    • florentM dit :

      @Henri Masson : C’est moi qui te remercie toi et les autres participants aux commentaires. Vous apportez tous votre grain de sel en partageant vos connaissance sur cette langue si peu médiatisée.

  9. Jacquou dit :

    N’oublions pas qu’il pensait à une langue pour Israël également.
    D’autres pensaient l’allemand, d’autres l’hébreu, et l’espéranto faisait aussi fureur.
    L’espéranto est une langue qui représente un désir de paix et d’unité, et je pense qu’il faut l’apprendre.

  10. jul dit :

    l’arabe litteraire du coran fait le mieu

  11. Henri Masson dit :

    Voici une publicité pleine page publiée aujourd’hui en page 11 du Monde :
    http://www.ipernity.com/doc/32119/6831740

  12. Henri Masson dit :

    A Chris :

    Avant de donner des leçons sur l’histoire de l’anglais et de sa domination, il conviendrait de bien la connaître soi-même.

    Ce sujet est traité assez succinctemet dans un document déjà mentionné et intitulé
    “Le « cadeau » de Gordon Brown au monde”
    http://www.droits-linguistiques.org/dokumento/Henri_Masson_Le_cadeau_de_Gordon_Brown_au_monde_31_05_2009.pdf
    Minilien : http://minilien.fr/a0jqnv

    Il faut voir aussi “Histoire sociolinguistique des États-Unis” — (6) L’Amérique eurocentrique (1865-1960) par Jacques Leclerc. Pour un pays jeune, les EUA ont déjà pas mal de guerres à leur actif et pas mal de crimes sur la conscience : http://en.wikipedia.org/wiki/Timeline_of_United_States_military_operations

    A voir aussi la version “Linguistic Imperialism Continued”, du professeur Robert Phillipson, un ancien du British Council, en version réactualisée parue en août 2009. (Routledge, Londres)

    Il existe une ignorance et une naïveté incroyables à propos de la situation linguistique du monde et de l’espéranto.

    Quant aux pays pauvres, voir aussi “Mauritius calls for Kreol”, un article paru dernièrement dans “The Guardian Weekly” : http://www.guardianweekly.co.uk/?page=editorial&id=1381&catID=18

    • Samy dit :

      Henri, pourriez vous m’envoyer votre adresse email à cette adresse samgal36@yahoo.com, j’aimerais vous faire suivre une correspondance assez longue que j’ai eue avec Noam Chomsky et qui traite de ce problème. Cela pourrait bien vous intéresser. D’autre part, merci pour tous les liens que vous avez donnés, je lirai attentivement quand j’aurai plus de temps car le sujet m’intéresse beaucoup. Et j’aimerais qu’il intéresse plus de monde.

  13. bernard Cornevin dit :

    Face aux nombreux défis du XXIème siècle, écologique, nucléaire, du développement, révolution de la connaissance…, le monde a besoin d’une plus grande solidarité et d’une meilleure communication. internationale non discriminante..
    L’esperanto initié par Ludwik Zamenhof est la langue internationale la plus efficace pour faciliter cette communication.
    Elle est parlée depuis plus d’un siècle dans plus de cent pays et a fait ses preuves
    Elle est la plus facile: écriture phonétique (une lettre= un son); accent tonique régulier, 12 terminaisons verbales pour tous les modes, temps et personnes, un seul article défini la; le vocabulaire issu des racines les plus internationalisées est fortement simplifié par l’utilisation d’une quarantaine de préfixes et suffixes réguliers…
    Elle est la plus dynamique, la vingtième par le nombre d’articles dans l’encyclopédie Wikipedia. alors qu’elle ne bénéficie pas de soutien étatique.
    Elle facilite l’apprentissage des autres langues. Son apprentissage en première langue étrangère pourrait ouvrir des centaines de millions d’hommes à une communication internationale beaucoup plus riche que le broken english d’aéroport dominant aujourd’hui chez les non anglophones de naissance et donc faciliter le développement social et durable, objectif essentiel du XXIème siècle.
    Elle est la plus équitable ne discriminant pas 95% de la population et des nations du monde comme la langue hégémonique actuelle.
    Pour plus d’information lire l’article Esperanto sur Wikipedia http://fr.wikipedia.org/wiki/Esperanto

    On peut l’apprendre gratuitement sur Internet par exemple http://fr.lernu.net/
    , site en plus de 30 langues

  14. Lorelei dit :

    Oula,
    Comme si, vs etes les meilleurs, dans votre langue. Je suis etrangere et choquee du ce que je lis, parmi, mes collegues, francais. Et plus tt le monde le sait, meme vs, que vs ne maitrisez ni l’ anglais, ni aucune d’ autres langue, en fait. Mais bon, il faut toujours venir un d’ entre vous et dire, ben … les francais sont les meilleurs, les francais sont les plus forts.
    Il n’ y a pas tel chose. C’ est deja trop que qqun a traduit, dans cette journee speriale, dons votre langue maternelle, pour que vs aussi pourriez comprendre ! allez, les enfants, bonne nuit !

    Et qui sait, quand vs vs reveillez vs serrez un peu plus calme et ilumines. ciao !

    • Grégoire dit :

      Vous êtes simplement dégoûtée que personne n’apprenne le roumain. Mais quand les Roumains arrêteront de venir mendier dans nos villes, on les regarder

  15. moi dit :

    c’est une langue très simple à apprendre et très rapide !!! Un moyen génial pour rencontrer et échanger avec des gens du monde entier !!! Et nous sommes des millions à la parler de part le monde.

    merci Zamenhof

  16. Gurbetov dit :

    Oui, l’anglais est une belle langue – comme toutes les autres. Seulement, c’est le GLOBISH et non l’anglais qui sert en réalité de véhicule international de nos jours. Ce GLOBISH est un semblant d’anglais de 1500 mots (plus les gestes des deux mains), qui donne l’impression de communiquer, mais c’est un mirage, car il LIMITE la communication de ceux qui parlent à leur niveau de peu de connaissance. Si c’était l’anglais, le vrai, ce serait différent, mais bien peu de gens le maîtrisent réellement, y compris dans les pays anglophones à commencer par l’Amérique profonde. N’ayons pas d’illusion. pas d’illusion non plus sur la compétence de l’Inde en anglais, dès qu’on sort des lieux touristiques – et même dans les lieux touristiques, essayez de parler d’autre chose que de tourisme, dur dur…
    Et tous ces efforts pour apprendre ce mini-anglais (car il a quand même fallu des efforts), s’ils avaient été utilisés pour apprendre l’espéranto, et bien les locuteurs seraient capables de le parler quasiment comme leur langue maternelle, tant le système est simple et logique. Et de s’ouvrir l’esprit aux autres réalités du monde au lieu de rester enfermés dans une mini-langue caricaturale.
    Quant au collègue interprète de conférence à l’ONU qui doit inventer le discours des intervenants qu’il est censé traduire tant leur anglais est abominable, je le vis souvent en tant qu’interprète au Conseil de l’Europe: on se regarde avec les collègues à travers les vitres et on essaye de pêcher un mot par ci par là pour reconstruire ce que le pauvre type peut bien vouloir essayer de dire. Heureusement qu’il y a plus de blablabla dans tous ces discours que de déclarations importantes!!!! Mais que de temps et d’argent (vos impôts!!!) gaspillés.
    Enfin, l’espéranto est une langue AUXILIAIRE qui n’a jamais prétendu remplacer les autres langues mais simplement servir de canal pratique de communication lorsque qu’il n’y a pas de langue commune. A ce titre l’espéranto est un puissant allié du pluralisme et de la diversité linguistiques. On peut espérer que les impérialismes linguistiques et autres vont commencer à céder et que la crise actuelle va ouvrir les yeux à pas mal de gens sur la stupidité des diverses formes de violences (y compris linguistiques). Et l’espéranto peut aider à créer un climat favorable à la coexistence de toutes nos langues, même les plus “petites”, (numériquement s’entend – je suis moi-même d’une minorité ethnique), pour que la pensée et l’humain prennent le pas sur le fric et la brutalité. Tial ankaù mi volas tutkore dankegi la faman okuliston – lia ideo sanigu ankaù la okulojn de la homaro… en vivplano!!!

    • Henri Masson dit :

      Merci (dankon !) pour votre commentaire que j’ai beaucoup apprécié, tellement que je l’ai traduit en espéranto et diffusé avec sa traduction sur diverses listes. Par certains points, il confirme ce qu’a pu observer M. Xavier Combe, l’auteur de “L’anglais de l’Hexagone : constats et réflexions d’un interprète de conférences”. Je suppose qu’il pourrait vous intéresser. J’ai eu un échange avec lui à propos d’une allusion regrettable qu’il a faite dans la présentation de son ouvrage sur France Culture. Il a parlé d’échec de l’espéranto, et je lui ai montré que l’espéranto est loin d’être un échec, même s’il n’a pas encore eu le succès escompté. Il est possible de l’écouter (peut-être pas pour longtemps : mieux vaut l’enregistrer) sur http://sites.radiofrance.fr/chaines/france-culture/mediatheque/?&id=480127042

      J’ai eu aussi des échanges avec M. Mathieu Guidère, qui, par certains aspects, est un peu l’un de vos collègues. Il est l’auteur d’un ouvrage fort intéressant paru en octobre 2008 sous le titre “Irak in Translation — De l’art de perdre une guerre sans connaître la langue de son adversaire” aux éditions Jacob-Duvernet. Je suppose qu’il vous intéresserait aussi. J’avais consacré quelques paragraphes à son ouvrage sous le titre “Traduction automatique” sur mon blog (version en français : http://www.ipernity.com/blog/32119/133048 ).

      Dankon pro via atento.
      Henri

  17. FiO dit :

    L’Europe a su créer sa monnaie malgré toutes les difficultés occasionner !
    Maintenant, il ne lui reste plus qu’à créer sa propre langue…
    Pourquoi pas l’Espéranto ?
    Cela n’est pas plus utopiste mais va simplement dans la continuité du travail déjà accompli sur notre bon vieux continent !

  18. Euroccitan dit :

    Bravo, Fio, mais avec une petite nuance qui a déjà été soulignée ci dessus : l’espéranto (contrairement à l’Euro) ne veut pas se substituer à d’autres langues mais seulement être une langue auxiliaire, c’est à dire permettre une communication précise, aisée (bien que demandant un petit effort de part et d’autre) quand il n’existe pas d’autre langue commune aux interlocuteurs.
    Bravo aussi à tous ceux qui ont plaidé (ici ou ailleurs) la noble cause de l’espéranto. Mais il faut beaucoup de temps pour qu’une cause aussi importante soit partagée par la majeure partie de l’humanité. Songeons que le système métrique a déjà plus d’un siècle de plus que l’espéranto et il n’a pas (malgré ses énormes qualités incontestables) encore été admis partout dans le monde.

  19. Henriette dit :

    English is promoted as the world language. In the process it splits up into local englishes and looses its integrity. It also displaces and annihilates local languages, dialects, and their cultures.

    http://www.spellingsociety.org/media/items/cost_of_spelling

    Is this what you wish to impose on tax-payers ? Est-ce ceci que vous désirez imposer aux contribuables ?

    Au profit de QUI ?

    David Rothkopf, “In Praise of Cultural Imperialism?” Foreign Policy, Number 107, Summer 1997, pp. 38-53
    DAVID ROTHKOPF is managing director of Kissinger Associates QUOTE :

    TOWARD A GLOBAL CULTURE

    It is in the general interest of the United States to encourage the development of a world in which the fault lines separating nations are bridged by shared interests.

    And it is in the economic and political interests of the United States to ensure that if the world is moving toward a common language, it be English; that if the world is moving toward common telecommunications, safety, and quality standards, they be American; that if the world is becoming linked by television, , radio, and music, the programming be American; and that if common values are being developed, they be values with which Americans are comfortable.

    Americans should not deny the fact that of all the nations in the history of the world, theirs is the most just, the most tolerant, the most willing to constantly reassess and improve itself, and the best model for the future. End of quote.

    Dans son rapport de 1987/88, le directeur du British Council écrit « Le véritable or noir de la Grande-Bretagne n’est pas le pétrole de la Mer du Nord mais la langue anglaise . Le défi que nous affrontons est de l’exploiter à fond. » end of quote

    Spoken English and written English ne se ressemblent pas beaucoup. Même pour les “natives” learning to spell is time consuming, and the more intelligent the child the greater the bewilderment when facing the non-sensical exceptions. As a “help”,
    ITA was invented. ITA stands for Initial Teaching Alphabet and is a phonetic alphabet, in the sixties and seventies some schools taught reading with ITA books, but the experiment was not very successful, many people hated it. Even though learning to read with ITA was much easier, children often had big difficulties to move from ITA to real English. See for example http://news.bbc.co.uk/1/hi/uk/1523708.stm. The rate of semi-literacy in english speaking countries is dismally high. S.O.S.

  20. Dominique C dit :

    Sans compter, Flo, que l’espéranto n’a pas vocation à être seulement langue européenne, mais “internationale” au sens le plus large.
    Et… qu’il n’y a pas besoin de “créer” cette langue commune de l’Union, juste de la reconnaître comme un des éléments essentiels de la démocratie dans cet espace européen.
    Contrairement à Grin, qui pense que pour une réelle efficacité (et éviter les réactions de rejet), il faut que la décision soit commune à tous les états, je pense qu’il suffirait de trois ou quatre états lançant des études et expérimentations sur l’espéranto, pour faire “prendre” la mayonnaise.
    On a déjà un examen officiel en Hongrie…. cela finira par se savoir!
    Et nous travaillons tous, chacun dans notre pays, à informer les citoyens et même quelques décisionnaires….