Chronique : Android et Chrome, des remparts pour protéger la recherche Google

Voici un article très intéressant publié sur TechCrunch à propos des stratégies expansionnistes de Google.

Google semble aller dans toutes les directions : mobiles, navigateurs, applications de bureau, systèmes d’exploitation, social… A première vue, on pourrait croire qu’ils essayent de se diversifier au maximum pour s’éloigner de leur unique et immense source de revenu : la recherche. Ce que l’on tend à oublier, c’est que la recherche est le coeur de métier de Google. Bill Gurley, Vice Président de Benchmark Capital, nous le rappelle dans un excellent article qui décrit la stratégie expansionniste de Google comme une stratégie défensive, et non offensive.

Warren Buffet décrivait le modèle économique parfait comme un « château protégé par des remparts infranchissables ». La recherche représente le château économique de Google (avec peut-être d’autres formes de publicité en ligne comme le display), et tout le reste forme les remparts chargées de protéger ce château. Android est un rempart. Chrome est un rempart. Chrome OS est un rempart. Google Apps est un rempart. Ils sont tous des produits gratuits, financés par les profits de la recherche, lancés dans le but de protéger le château.

Gurley va plus loin en disant que non seulement Google construit des remparts autour de son château, mais il brûle en plus la terre en bas de ces remparts :

Voilà l’astuce. Android, tout comme Chrome et Chrome OS, n’est pas un « produit » dans le sens économique habituel du terme. Il n’a pas pour but de devenir lui-même un « château économique ». Il est au contraire un « rempart » très cher et très agressif, fondé sur la puissance et l’ampleur du château de Google. Le but de Google est défensif, non offensif. Ils n’essayent pas de faire des profits sur Android ou sur Chrome. Ils veulent s’emparer de toutes les routes susceptibles de mener les consommateurs à leur château, et ce gratuitement. Ces routes étant essentiellement des produits logiciels sans coûts variables, c’est une stratégie particulièrement efficace. Google ne se contente pas d’ériger des remparts, ils brûlent également la terre aux alentours pour s’assurer que personne ne puisse s’en approcher. Et le moins que je puisse dire, c’est qu’ils se débrouillent plus que bien.

Souvenez-vous, quel est le moteur de recherche par défaut sur Android et sur Chrome ? C’est Google. Android et Chrome ne sont que des canaux de distribution menant à la recherche. Sans Android, Google serait beaucoup plus vulnérable, et serait susceptible d’être remplacé en tant que moteur de recherche par défaut sur les téléphones. De la même façon, le navigateur Chrome permet à la recherche Google de rester au premier plan, juste au cas où Firefox déciderait de passer chez Bing.

Mais la façon dont Google érige ses remparts a tendance à ravager les secteurs de l’industrie où ils débarquent car leurs produits sont gratuits, ou moins que gratuits. Les fournisseurs d’accès et les constructeurs de téléphones ont un intérêt économique à utiliser Android. Ils sont en quelques sortes payés par Google pour l’adopter.

Par conséquent, ne mesurez pas le succès des nouveaux marchés de Google selon les revenus qu’ils génèrent directement. Mesurez le plutôt selon leur efficacité à protéger le coeur de métier de Google, la recherche.

Article original en anglais publié par Erick Schonfeld sur TechCrunch
Search Is Google’s Castle, Everything Else Is A Moat

2 Commentaires

  1. Quand on installe le navigateur Chrome on a le choix du moteur de recherche.
    La plus part des Google Apps n’ont rien à voir avec la recherche.
    Cette analyse est trop superficielle et la réalité est surement un peut plus complexe.

  2. Plus que la recherche, le coeur de métier de Google est désormais la publicité. Dans le cas d’Android en plus de la recherche c’est désormais la pub qui là aussi intéressante notamment avec le rachat d’AbMob.
    J’ai plus l’impression que Google tisse un véritable écosystéme autour de ces services (recherche, mail, mobile,…) plus qu’il ne cherche à défendre le domaine de la recherche où, soyons franc, il est seul ou presque. Et comme je le l’ai dis auparavant le liant de tout ca est la publicité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>