Google Maps : A propos de la frontière entre le Costa Rica et le Nicaragua

Cet Article est la traduction d'une annonce officielle publiée par Google.

Hier, nous avons appris l’existence d’un conflit à propos de la frontière entre le Costa Rica et le Nicaragua telle que décrite sur Google Maps. Aujourd’hui, après une discussion avec notre fournisseur de données pour cette frontière particulière (le Département d’Etat des Etats-Unis), nous avons déterminé qu’il y avait en effet une erreur dans la compilation de la source de données, jusqu’à 2,7 Km. Le Département d’Etat Américain nous a fourni une version corrigée, et nous travaillons actuellement à la mise à jour de nos cartes.

La frontière de la rivière San Juan (version incorrecte telle que décrite actuellement).

Contrairement à l’image ci-dessus de notre représentation actuelle, la version corrigée suivra la rive est de la rivière San Juan vers le nord, presque jusqu’aux Caraïbes. Elle tournera alors vers l’est, longeant le rivage sud d’un large lagon, Laguna los Portillos. Cette représentation suit la démarcation définie par le Premier Accord d’Arbitrage de 1897, qui affirmait le traité de Cañas-Jerez de 1858.

Notre but est de fournir les cartes les plus précises et récentes possibles. Les cartes sont créées à l’aide d’une grande variété de sources de données, et il y aura inévitablement des erreurs dans ces données. Nous travaillons dur pour corriger toutes les erreurs dès que nous les découvrons.

Etant donné la complexité du problème actuel, j’ai pensé pouvoir profiter de cette opportunité pour fournir des renseignements historiques complémentaires.

Le conflit dans cette région remonte au moins à la moitié du XIXe siècle, et la Cour de Justice Internationnale et les Nations Unies ont pesé dans cette affaire. Le conflit concerne principalement le contrôle de l’estuaire de la rivière San Juan, et a été relancé récemment à cause d’activités de curage dans cette région.

En 1888, le Président des Etats-Unis Grover Cleveland fut sollicité par le Nicaragua et le Costa Rica pour arbitrer le conflit. Cette année là, le New York Times publia la décision du Président Cleveland. L’Arbitrage de 1888 confirmait le traité de 1858 et ses termes.

Le New York Times, 25 mars 1888.

Puis, en 1897, Cleveland envoya Edward P. Alexander réaliser un Accord d’Arbitrage plus détaillé pour cette région. Alexander détailla particulièrement la frontière de la rivière San Juan et dessina la carte ci-dessous :

Carte attachée à l'Accord d'Arbitrage du 30 septembre 1897.

Une fois que notre mise à jour sera à disposition dans Google Earth et Google Maps, nous afficherons la frontière selon les accords les plus récents et définitifs disponibles. Mais, comme le montre cette affaire, la cartographie est une entreprise complexe, et les frontières changent sans cesse. Nous nous engageons toujours à mettre à jour nos cartes dès qu’il le faudra.

Article original par Charlie Hale, Analyste Géo-Politique

3 Commentaires

  1. Le gouvernement actuel de Daniel Ortega cherche à capter une partie de l’électorat en utilisant le vieux truc de faire de l’esprit nationaliste des gens irréfléchis dans ce différend frontalier avec le Costa Rica. Les ambitions politiques sont illimitées en danger la paix de la région et encourager les effusions de sang inutiles, mais l’ambition politique est illimitée, la puissance est l’objectif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>